Guide du chauffe-eau solaire individuel (CESI)

 

Grâce au système de chauffe-eau solaire individuel, il est possible de réduire significativement les factures d’énergie. La principale caractéristique de cet équipement est qu’il peut chauffer l’eau du logement grâce à l’énergie solaire qui est 100 % gratuite. Le chauffe-eau solaire permet ainsi de couvrir une grande partie des besoins en eau chaude du foyer.

Sur le toit ou dans le jardin de la maison, il est possible d’installer des panneaux solaires thermiques qui captent l’énergie du rayonnement solaire. Cette énergie sera utilisée pour chauffer le fluide-caloporteur qui ensuite restitue aussi la chaleur à un autre fluide dans le ballon d’eau chaude.

Pour le choix d’un chauffe-eau solaire, deux caractéristiques techniques sont à prendre en compte :

  • La surface des capteurs solaires
  • La capacité du ballon d’eau chaude

Du fait que cette technologie a besoin du maximum de l’énergie du soleil, il faut que le panneau solaire thermique soit installé dans un endroit dégagé et orienté au sud avec une inclination de 45°. Il est nécessaire de prendre en compte l’ensoleillement de la région et les besoins du logement.

Il existe deux types de chauffe-eau :

  • le chauffe-eau solaire à éléments séparés 

Le ballon est installé à l’intérieur d’une pièce de la maison. Il est intégré ou non au ballon solaire. A la fin du cycle de chauffage d’eau, il sera utilisé dans les sanitaires et dans la cuisine.

En France, les modèles le plus courants sont les chauffe-eau solaires à circulation forcée.

Un autre modèle est le chauffe-eau solaire en thermosiphon. Ce modèle n’a pas besoin d’un circulateur, ni d’une régulation et il est plus robuste. L’installation de ce type d’équipement est délicate. Le fonctionnement du thermosiphon exige que le ballon soit installé à un niveau plus haut que le capteur solaire. Pour cette raison, l’installation des éléments du système demande une conception et des connaissances spécifiques.

  • le chauffe-eau solaire monobloc

Le ballon et le capteur sont installés sur le même châssis rigide et l’installation se réalise à l’extérieur du foyer. Du fait que le ballon est à l’extérieur il se refroidit plus rapidement. Pour cette raison il doit être bien isolé. Le ballon peut également aider à préchauffer l’eau qui alimente un équipement classique déjà existant.

Ce type d’équipement est très compact et peut-être installé sur toiture et terrasse.

Pour réaliser un maximum d’économie d’énergie, il est impératif d’avoir un dimensionnement optimal de l’installation. Plus les besoins en eau chaude sont importants, plus la surface de capteurs doit être grande. Pour un foyer de quatre personnes, il est nécessaire d’installer entre 4 à 8 m² de capteurs (la surface va dépendre directement de la zone climatique où seront installés les capteurs) et le ballon solaire devra être de 150 à 300 litres.

Les conditions légales à respecter pour bénéficier de la prime énergie

  • Installation dans des bâtiments résidentiels existants.
  • Réalisation effectuée par un professionnel signataire de la Charte Qualisol.
  • Les appareils ont une certification CSTBat ou Solarkeymar. Si t’el n’est pas le cas, ils doivent avoir des caractéristiques de performance et de qualité équivalentes basées sur les normes EN 12975 ou EN 12976 et établies par un organisme établi dans l’Espace économique européen et accrédité selon les normes NF EN ISO/CEI 17025 et NF EN 45011 par le Comité français d’accréditation (COFRAC) ou tout autre organisme d’accréditation signataire de l’accord européen multilatéral pertinent pris dans le cadre de Europeanco-operation for Accrediatation (EA), coordination européenne des organismes d’accréditation.

Il est également possible de bénéficier de la TVA au taux réduit.